"Personne ne sait tout, ni personne n’ignore tout
Personne n’éduque personne, personne ne s’éduque tout seul.
Les hommes s’éduquent entre eux et par la médiation du monde"
Paolo Freire

 

Un constat, une intention

Les acteurs de changement dans les organisations sont nombreux, innovants et dynamiques. Les approches humanistes se multiplient à grande vitesse (entreprises libérées, agilité, modes de gouvernance horizontaux, forums ouverts, world-café…..). Les modes de transmission évoluent fortement et les nouvelles générations bousculent nos habitudes. Aujourd'hui bon nombre d'institutions, de colllectivités adhèrent et contractent auprès de prestataires externes des actions de formations d'intelligence collective, de psychologie positive. Et pourtant, elles se retrouvent bien souvent confrontés aux obstacles d'une coopération durable.

Les porteurs de projet(s) n’ont généralement plus le temps nécessaire pour se former. Ils ont besoin de mobiliser les postures fondamentales qui permettent réellement d’accompagner les organisations vers une meilleure prise en compte des personnes, de la responsabilité sociétale, et des performances collectives.

Les approches qui favorisent à la fois la prise en compte durable des personnes et la performance collective ont en commun des postures et des compétences-clefs transposables et transversales quel que soit la spécificité du métier que l’on exerce.

Malgré tout, notre expérience nous autorise à dire que lorsque « le relationnel ne fonctionne pas », c’est rarement une question d’outils et de compétences techniques.

 

 

C'est avant tout, une question de «posture», une manière d' ETRE en relation. 

L’initiation, puis l’apprentissage d’un certain « savoir-ETRE relationnel» est alors nécessaire et prend du temps.

 

Alors que l'insécurité reste la première préoccupation des Français, que nos jeunes ont l'impression de ne pas avoir d'avenir, que beaucoup d'entre nous manquent d'espoir, je crois fermement qu'apprendre à coopérer même et aussi dans le conflit reste un moyen de désamorcer les violences.

Notre expertise  nous permet d'avancer que ce sont les peurs qui bloquent la capacité d'entrer en intelligence collective, notament la peur de la peur....du conflit.

Réhabiliter l'espace du conflit permet que la parole circule à nouveau, invite à mettre en évidence les contradictions, les oppositions, les non-sens et non-dits pour petit à petit recréer de la confiance dans le groupe au service d'une créativité retrouvée.


Chemin faisant - Association | Chantal GOUBAUD-GOUGEON | 06 29 58 25 53 | mail