"Personne ne sait tout, ni personne n’ignore tout
Personne n’éduque personne, personne ne s’éduque tout seul.
Les hommes s’éduquent entre eux et par la médiation du monde"
Paolo Freire

 

Thérapie Sociale Transformative

Notre rôle

Cheminer vers une confiance éclairée

Confrontée dès mon jeune âge à une vie de groupe sous haute tension permanente, je connais les conséquences de ne pouvoir être authentique. Longtemps séquestrée dans ma propre histoire, désespérément cadnasée, j'ai connu l'enfermement en moi-même, la torture d'une estime de soi négative, la  sécheresse du coeur de pierre, la difficulté à trouver sa place...

J'ai trouvé dans la thérapie sociale une manière neuve d'agir à plusieurs pour faire bouger les lignes ensemble pour mieux faire avec la réalité de la vie en commun.

 

Aujourd'hui, Intervenante en thérapie Sociale I-TST, j'interviens  dans le champ du travail social, médico-social,et de l'économie sociale et solidaire  autour de l'éducation, la parentalité, la famille, du développement durable,  les nouvelles gouvernances et le management responsable. Je travaille avec  les groupes afin que chacun, chacune dans le groupe puisse se dire, puisse mieux faire avec sa réalité. Au sein du collectif, j'accompagne chacun, chacune à mieux appréhender sa vérité émotionnelle bléssée. Tout le travail d'un intervenant en thérapie sociale réside dans sa capacité à instaurer la confiance dans le groupe, avec  et entre chacun des participants, tout en prenant en compte les besoins et les motivations du groupe.

Le coeur de notre expertise consiste à créer une confiance suffisante pour sortir du sentiment d'impruissance et désormais oser prendre ce risque d'exister ensemble, de mieux réussir ensemble.

 

Spécificité

Notre spécificité repose sur notre posture et un travail avec l’ensemble des acteurs du système, y compris ceux qui ne sont pas volontaires, voir hostiles à toute collaboration.

Travailler avec des personnes non volontaires permet de récolter toutes les informations importantes pour résoudre les difficultés. Tous les avis, y compris les plus extrêmes,  vont nous y aider. Dans un premier temps, ils seront précieux à la compréhension du problème. Dans un deuxième temps, ils pourront nous être utiles pour permettre au groupe de cheminer vers des pistes de résolution.

Méthode d’intervention

  • Permettre, dans un cadre protégé, de faire revivre l’ensemble des blocages ou des obstacles individuels à la coopération
  • Accompagner la transformation des phénomènes de groupe source de tension
  • Favoriser la circulation des informations et l’émergence de l’intelligence collective
  • Reconnecter le groupe à une créativité retrouvée
  • Tendre vers des solutions innovantes réellement adaptées à des réalités mouvantes souvent complexes
  • Organiser des rencontres entre des personnes qui ont jusqu’alors évité la confrontation
  • Générer une meilleure compréhension mutuelle

Expertise

Notre expertise est la connaissance des phénomènes de groupes et des interactions entre l’individu et le collectif. Nous ne sommes pas des experts des situations vécues par les participants, chacun étant l'expert dans son domaine spécifique. En revanche, nous sommes garants du cadre de travail. Nous accompagnons le groupe dans la recherche d'éléments de réponse. Cette posture permet à chacun de s’ouvrir à sa propre expertise et de se confronter aux autres pour mieux "fonctionner" ensemble et cheminer vers de véritables coopérations.

Retour haut de page

Notre rôle est de...

  • Réunir des personnes ayant des points de vue différents sur la réalité et ainsi de mieux répondre ensemble à une problématique commune.
  • S’entendre sur un objectif atteignable dans le cadre d’un contrat. Il fait l’objet d’un premier échange (le contrat) pour mieux y intégrer les besoins de chacun et harmoniser les différentes motivations qui existent dans le groupe.
  • Traverser les obstacles dans des conditions spécifiques. En fonction de l’objectif, le rôle de l’intervenant est de créer le cadre qui  peu à peu permet aux protagonistes de dépasser progressivement ce qui les empêche d’être eux-mêmes, de se parler vraiment, de s’écouter et d’écouter les autres, de construire suffisamment de confiance, d’échanger avec empathie, de former un véritable groupe. 
  • Créer un conflit réparateur, constructif et transformatif. Plus le groupe est confiant pour libérer la parole sans risque, plus il devient facile aux protagonistes de se dire franchement ce qui leur importe, ce qu’ils ont sur le cœur, de se comprendre, de renouer des liens et de se responsabiliser ensemble. 

Tant que l’on ne se fait pas suffisamment confiance, on ne s’écoute pas vraiment, on cherche à imposer ses propres idées, on chosifie l’autre, on ne tient pas compte de ses préoccupations ou de ses besoins, on cherche à passer en force, on élude la discussion, le dialogue, le questionnement, les écueils, les conflits, on s’accroche au connu, au plus court chemin, à ses propres croyances, à ce que l’on sait déjà, aux solutions toutes prêtes, figées, auxquelles les autres ne croient plus. Cela empêche la vraie nouveauté, la créativité, la transformation.

Tant que les motivations propres ne sont pas prises en compte, on restera sur la défensive, on ne se livrera pas vraiment, on attendra que ça se passe, on fera semblant, on ne reconnaîtra pas mes besoins réels au risque préjudiciable de les refouler.Ce climat de méfiance sourde,  empêche de créer un véritable groupe de dialogue, de s’accomplir et de se transformer vraiment ensemble.

Instaurer la confiance est indispensable

Un minimum de confiance s'avère indispensable pour être entendu, pour s’écouter, pour écouter vraiment les autres, pour dire ce que l'on pense au fond de soi au risque d’agacer. Dire et entendre nos vraies préoccupations, prendre sa place dans les échanges, accepter de chercher avec les autres sans trouver tout de suite, faire circuler la parole, lâcher prise, pénétrer dans l’inconnu, l’incertain,  l’imparfait, le mouvant, le changeant, la complexité, le mouvement de la vie. Il s'agira pour le groupe de devenir capable d'accorder au groupe une "confiance éveillée".

 

Intégrer les motivations de chacun.

Pour que le dialogue s’ouvre, il faut faire en sorte que les besoins réels de chacun soient entendus, y compris et surtout pour celui, celle qui se cache derrière ses peurs, propres à son histoire singulière, à sa vision du monde. Entendre et accueillir ce qui anime l’autre, les autres, ce qui fait sens pour eux, se mettre en mouvement avec les autres, confronter et harmoniser ses motivations. Se mettre dans la dynamique collective et se transformer ensemble. Regarder  dans la même direction et alors faire le choix de s’intégrer vraiment au sein du groupe, parce que j’y trouve alors une vraie place.

Retour haut de page


Chemin faisant - Association | Chantal GOUBAUD-GOUGEON | 06 29 58 25 53 | mail