"Personne ne sait tout, ni personne n’ignore tout
Personne n’éduque personne, personne ne s’éduque tout seul.
Les hommes s’éduquent entre eux et par la médiation du monde"
Paolo Freire

 

 

Éduquer autrement

 

Repenser l'éducation, ce n'est pas seulement parler d'école ou d'enseignement

C'est avant tout "apprendre à apprendre", tant du côté des éducants que du côté des apprenants. Apprendre et transmettre une autre posture aux éducants est nécessaire et utile, comme par exemple éduquer sans punition ni récompenses (cf : livre de Jean-Philippe Faure). Pour cela, la question de l'apprentissage de méthodes coopératives,  comme les jeux coopératifs et des méthodes comme la CNV Communication Non Violente sont indéniablement une étape importante sur ce chemin. Pourtant, mon expérience me permet de dire, que vouloir inculquer des valeurs de coopération en faisant l'économie d'une éducation au conflit est un leurre. Le danger actuel,  c'est de relativiser le sentiment d'insécurité, de croire et de laisser croire qu'avec un peu de "bienveillance universelle" nous pourrions harmoniser les différences, qui plus est, culturelles.

 

Faire jouer les enfants à des jeux de coopérationLa place du jeu dans l'éducation

 

Le concept des jeux coopératifs vend un autre regard sur l'idée de réussite : il n'est plus question d'individualisme pour l'emporter face aux autres, les adversaires, mais d'intelligence collective pour évoluer et gagner ensemble. Les jeux coopératifs ont pour intérêt de rechercher la réalisatoin d'un objectif commun à tous les joueurs. L'intention est bonne et louable. Pour autant, est-elle réaliste ? Attention, je ne dis pas ici, que nous ne devons pas faire jouer les enfants à ces jeux de coopération, je dis juste que ça n'est pas suffisant à une éducation à la vie en société,  insuffisant à une véritable éducation démocratique.

 

L'intelligence collective, ne se décrète pas ! 

Jouer à coopérer est insuffisant pour éviter, sortir de situations de blocage, de désaccord. Pour qu'il y ait intelligence collective véritable, encore faut-il qu'il y ait une confiance suffisante pour que chacun, chacune dans le groupe ose sa parole pour que ce ne soit pas la majorité qui l'emporte.  Construire le vivre-ensemble passe inévitablement par des phases de conflit, d'opposition, de désaccords, par des situations de blocage.

 

La communication NonViolente au service de l'éducation

La CNV est une approche basée sur la compréhension et la prise en compte des besoins de chaque être humain, quels que soient son âge et son statut.

 

La CNV est une approche basée sur la compréhension et la prise en compte des besoins de chaque être humain, quels que soient son âge et son statut.Dans le cadre éducatif, elle permet de :

 

 ♦ Pendre soin de soi pour mieux appréhender son rôle éducatif

 ♦ Vivre et faire vivre au quotidien ses intentions éducatives

 ♦ Accompagner chaque enfant dans son épanouissement

 ♦ Faire l'apprentissage du respect des besoins des autres

 ♦ Développer créativité et capacité d'initiative

 

 

 

 

Elle s'adresse à toute personne soucieuse de la qualité du lien dans ses interactions :

⇒ Initiation de base pour toute personne ayant un rôle dans l'éducation à titre professionnel ou parental 

⇒ Vivre la CNV dans sa classe, initier les enseignants à une mise en pratique "bénéficiaires-bénéfiaires"

⇒ Faire lien équipes-élèves : sensibilisation pour les chefs d'établissements

⇒ Cercles réparateurs, médiations restauratives comme alternative aux punitions/sanctions

 

La plus -value de la thérapie socialeTST dans la relation d'éducation à une certaine pédagogie coopérative

Comment aider les élèves à mieux coopérer ? Qu'est-ce que coopérer entraîne comme compétences relationnelles ?

 

Si nous nous focalisons uniquement sur le développement de l'enfant d'un point de vue collectif, que fait-il des blessures provoquées par la vie en commun, qui, bien souvent, réveillent en lui l'empreinte de blessures et de tourments qui n'appartiennent qu'à lui ? 

 

Repenser l'éducation c'est prévoir des espaces de conflits qui :

≈ Permettent la rencontre entre tous

≈ Invitent à regarder ce qui, dans ce qui est dit ou fait, complique la relation

≈ Développent responsabilité et autonomie

≈ Favorisent la  conscientisation de ses comportements face à  l'autorité

≈ Instaurent des relations de coopération enfants/enfants et enfants/enseignants-éducants

≈ Révellent à la fois la complexité et la richesse des différences culturelles, pour désormais y poser un autre regard

 

Ce lien vers une fiche de retranscription de l'intervention de Charles Rojman, lors d'un colloque intitulé "Education et humanisation, l'école à l'ère de la mondialisation", organisé le 2 octobre 2013 à l'Unesco, par le Collectif "Ecole, Changer de CAP".

 


Chemin faisant - Association | Chantal GOUBAUD-GOUGEON | 06 29 58 25 53 | mail